AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 frôler la vie + kané

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

L. Kané Dunyasha
...

avatar




DC : lahaar et grimes les bgs
Avatar : anton bae lisin
Messages : 29
Powers : la mort comme meilleure amie, tu la manipules aisément. la mort, ou bien la vie. tu peux la sentir arriver, comme un mauvais présage, les nuages qui prédisent l'orage. tu peux choisir de la laisser faire, ou bien lui faire face - mais ça a un prix, et tu le payes avec ta vie.
Drachmes : 39





MessageSujet: frôler la vie + kané   Dim 8 Jan - 22:29





Leigh "Kané" Dunyasha

every life comes with a death sentence

Je me nomme Leigh Dunyasha, mais je préfère être appelé Kané et je suis un demi-dieu grec, fils de Thanatos. J'ai 19 ans ans et je suis célibataire, pas intéressé merci. A côté de cela, on me qualifie souvent de  caillou émotionnel, tellement discret qu'on en oublie ma présence même si ça ne me dérange pas plus que ça. Je suis surtout maladivement maladroit et mal à l'aise avec les gens en général, en plus d'être légèrement pessimiste voir fataliste. Beaucoup de gens me redoutent à cause de certains passages de ma vie mais en vérité, je suis celui qui redoute le plus les choses. Enfin, je crois qu'il est important de préciser que je m'emporte très facilement et qu'il m'arrive de faire du mal aux autres sans le vouloir, mais je fais toujours de mon mieux pour venir m'excuser après. On peut facilement m'identifier physiquement grâce à mon teint extrêmement pâle ou encore à cause des bleus qui parsèment mon corps, ainsi que de mes cicatrices. Peu de gens savent que j'ai peur d'être mal jugé, d'être pris pour quelqu'un que je ne suis pas. On me dit souvent que je ressemble beaucoup à l'humain Anton Lisin.



Pouvoirs/Possessions
Avoir comme daron le gardien de la porte des enfers c'est tout sauf facile croyez-moi. Qu'est-ce que je peux hériter de la mort comme pouvoirs cools, pour pouvoir me la péter comme les héros des récits? Rien. Nada. Il a fallu que je prédise la mort, comme ça, comme si c'était le genre de poids qu'un gosse pouvait supporter. J'avais cinq ans la première fois que ça m'est arrivé: j'entrais dans une nouvelle école et l'enseignante me demandait mon prénom. Je l'ai regardé et j'ai vu un accident de voiture et son corps inerte au volant. Glauque. C'est même pas comme si c'était quelque chose d'automatique hein: des fois ça me prend, je suppose que ça dépend des personnes, du beau temps et de l'alignement des planètes aussi. Je dois vivre avec ça, vivre en permanence avec la perspective que je percevrais la mort de quelqu'un, de n'importe qui, un ami, un frère, un collègue, un inconnu. Ça me sautera dessus sans crier gare - mais tout aurait été plus facile s'il n'y avait pas eu le reste. Je prédis la mort de façon assez aléatoire. En revanche, je sais exactement comme l'en empêcher. Je sais pas d'où, je sais pas pourquoi, mais c'est ça: je peux empêcher quelqu'un de mourir. Mais c'est pas quelque chose que je peux prendre à la légère, bien malgré moi. Si j'évite la mort de quelqu'un, je dois en payer le prix parce que visiblement, mon cher paternel est très à cheval sur qui entre et qui sort des Enfers. Si je sauve la vie de quelqu'un, le temps que je lui économise jusqu'à sa prochaine mort (cette fois malheureusement inévitable) m'est retiré. Bonjour le pouvoir empoisonné.

Comme arme j'ai toujours utilisé mes poings sans comprendre comment l'on pouvait se battre avec une jolie petite épée. Puis je me suis pris la raclée de ma vie à l'arène de la Colonie et j'ai compris que même avec toute ma rage je faisais pas le poids face à un colosse surentraîné et armé de deux épées. J'ai fini par me procurer une épée en bronze céleste tout ce qu'il y a de plus basique, avec la particularité de se transformer en un vieux pendentif en forme de papillon en bronze.


Questions

Que penses-tu des magiciens égyptiens ? L'alliance est-elle une bonne idée selon toi ? La pire idée qui ait jamais pu traverser l'esprit des dieux. Une alliance avec les égyptiens, aka ceux qui cherchent à défoncer leurs propres dieux? J'étais pas chaud de base, alors quand j'en ai rencontré quelques uns et que j'ai compris qu'en plus d'être des exterminateurs divins ils nous portaient même pas dans leurs cœurs, j'ai arrêté de faire comme si leur présence à la Colonie me réjouissait. La vérité, c'est que j'les considère comme des imposteurs et qu'à mes yeux cette nouvelle alliance est bien trop fragile pour perdurer.

Es-tu satisfait d'être l'enfant d'un Dieu ? Ou d'une Déesse ? Personne ne l'est (ou alors ils n'ont pas encore vécu d'évènements traumatisants du genre défoncer des divinités chtoniennes vénères ou affronter des monstres qui veulent te bouffer). Moi particulièrement j'ai l'impression d'avoir perdu à la loterie du parent divin. Thanatos, sérieusement? Je pouvais pas hériter de la beauté d'Aphrodite ou de l'éclair de Zeus, non, il a fallu que ce soit "le king de la mort".

Quel rôle as-tu joué lors de la guerre contre Gaïa ? Du côté des perdants: j'étais un partisan de Gaïa. Pas que l'idée de marcher sur l'Olympe me plaisait tant que ça, mais j'étais en colère et visiblement assez con pour me faire embrigader. Découvrir mes pouvoirs me terrifiait, l'idée-même de partager un bungalow avec d'autres personnes me dégoûtait, alors j'enrageais. Ma rage a fait de moi une cible facile, si bien que c'est du côté de Gaïa que je me suis battu à la Colonie, persuadé que j'aurais une vie meilleure si les dieux disparaissaient.

Aimes-tu vivre à la Colonie/au Camp Jupiter ? J'ai eu mon séjour par la case bungalow d'Hermès - j'ai détesté. Après la guerre, mon père m'a enfin revendiqué (pour le pire) et j'ai redécouvert la joie d'avoir ma propre chambre. Mais à la Colonie, beaucoup se rappellent encore de mon visage et malheureusement de mon parti. Résultat, la moitié peut pas me blairer et j'ai pas tardé à convaincre l'autre quand je me suis emporté.

Quel est ton avis sur la nouvelle menace ? J'la prends pas au sérieux, à vrai dire la bataille contre Gaïa a bien prouvé que je retombais toujours sur mes pattes alors pourquoi pas cette fois? Je sais que beaucoup craignent de revivre la guerre contre Gaïa, voire celle contre Cronos pour les plus anciens. Mais j'ai l'impression qu'ils oublient tous qu'au final, c'est l'Olympe qui a gagné alors une nouvelle menace ne devrait pas nous causer autant de souci au point d'en appeler les égyptiens.


Et derrière l'écran ?

Derrière l'écran se cache fio. J'ai 16 ans et je RP depuis 4 ans. J'aime dormir, me colorer les cheveux et les chats, en revanche je déteste les maths, les chicons et parler à voix haute. J'ai découvert le forum par le biais de ma schizophrénie (:hihi:) et je le trouve presque aussi beau que moi :inlove:.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

L. Kané Dunyasha
...

avatar




DC : lahaar et grimes les bgs
Avatar : anton bae lisin
Messages : 29
Powers : la mort comme meilleure amie, tu la manipules aisément. la mort, ou bien la vie. tu peux la sentir arriver, comme un mauvais présage, les nuages qui prédisent l'orage. tu peux choisir de la laisser faire, ou bien lui faire face - mais ça a un prix, et tu le payes avec ta vie.
Drachmes : 39





MessageSujet: Re: frôler la vie + kané   Dim 8 Jan - 22:30





ma life de gros fragile

J'ai eu la chance de naître au sein d'une famille où ma venue était désirée, un vœu tellement cher pour ma mère qui pendant longtemps avait pensé qu'elle était infertile. Deux ans après ma naissance, deux ans où je n'ai jamais manqué de rien, elle s'est mariée avec un homme qui tout de suite m'éleva avec autant d'amour paternel qu'on pouvait en rêver. J'étais comblé, dans tous les sens du terme. Ma mère était institutrice dans une école élémentaire, mon père serveur dans un café parisien; nous avions un appartement chaleureux à Brooklyn et même un chaton du nom de Whisper. Pendant dix ans j'ai mené la meilleure vie qu'il soit malgré quelques drôles incidents comme le jour où, en regardant une enseignante, je visualisa son corps percuté par une voiture sans comprendre d'où me venait cette vision.

Et puis, je suis arrivé au collège et tout s'est compliqué pour moi. Ma dyslexie me causait des problèmes en classe, moi qui avait toujours été habitué à avoir des enseignants compréhensifs, je découvrais que tous les profs n'étaient pas aussi bienveillants que ceux que j'avais rencontrés. J'étais aussi hyperactif et rester enfermé aussi longtemps dans une salle était impossible pour moi - j'étais un peu le genre d'élèves chahuteur, mais j'étais surtout un gosse curieux, plein de bonne volonté et d'énergie si bien que je crois qu'à l'époque, on m'aimait bien. Mais je recommençai à avoir de drôles de visions, toutes liées avec la mort. Une fois c'était mon voisin faisant un arrêt cardiaque, une autre une inconnue dans la rue qui mourrait sous les coups de son mari. J'ai commencé à flipper, à me demander si je ne devenais pas fou - j'avais treize ans, et tout s'effondrer autour de moi. Je me suis renfermé sur moi, pensant pouvoir me préserver de ces visions si je ne laissais personne m'approcher. Je n'étais plus que l'ombre de moi-même, en dehors de chez moi où je retrouvai l'aura bienveillante de mes parents.

Sauf qu'un jour, en me réveillant et en apercevant le visage souriant de ma mère, je vis un lit d'hôpital et la silhouette de mon père pleurant dans un coin de la pièce. C'en était trop. Tout ce que je n'avais pas compris (ou plutôt ce que j'avais refusé de comprendre) prenait son sens. Ces visions étaient des prédictions, des prédictions mortelles. Et ce jour-là, je découvrais que ma mère trouverait la mort à l'hôpital sans pouvoir rien y faire. A ce moment-là, ma compréhension se transforma en fureur: j'étais furieux d'être impuissant. Mais le temps avait fait de moi un ado silencieux et discret, incapable de se soulager en discutant avec ses amis car je n'en avais pas. Il y avait bien ce garçon à la démarche un peu bizarre qui s'asseyait à côté de moi de temps en temps, mais je n'étais pas assez proche de lui pour lui parler de mes visions et de ma mère. L'idée d'être pris pour un fou me semblait pas être la meilleur solution.

Le temps s'écoula lentement avec moi, guettant le moment où ma prédiction se réaliserait. Elle arriva bien plus tôt que prévu quand ma mère rentra d'une visite médicale le teint blême, annonçant à mon père et moi que les médecins la pensaient atteinte d'une tumeur mais qu'il faudrait passer quelques tests pour être totalement sûr. Ma vision se réalisait, me faisant détester ce qui était à présent devenu mon fardeau. Les jours suivants, je ne suis pas allé en cours, furieux et aussi un peu effrayé à l'idée d'affronter le contact humain. Et surtout, je ne cessai de maudire mes satanées visions, me demandant à quoi elles servaient si je ne pouvais pas les empêcher de se réaliser. Et c'est en priant de toutes mes forces contre mes visions que je passais mes nuits jusqu'au jour fatidique des examens médicaux qui confirmeraient si ma mère allait mourir ou non. Les résultats tombèrent: c'était une fausse alerte ou plutôt même un miracle, car quelques jours plus tôt elle présentait tous les signes d'une tumeur. Et moi, sans trop faire le rapprochement, je souriais à pleine dents.

Puis un jour, mon voisin un peu bizarre commença à me parler de mythologie grecque, m'interrogeant comme s'il s'attendait à ce que je sois calé dessus. Mon ignorance l'amusait un peu, alors il me promit de m'emmener dans un lieu où, je cite, "je comprendrais tout". Je savais pas ce qu'il voulait dire par là mais j'étais trop curieux pour ne pas accepter, et c'est comme ça que j'atterris à la Colonie. On m'expliqua en coup de vent que j'étais probablement un demi-dieu, que mon pote (qui en fait était un homme-chèvre, ouais) le sentait mais qu'à défaut de déterminer de qui j'étais le gosse, j'avais une place chez les Hermès. Dès lors, j'ai détesté la Colonie et son ambiance, peut-être parce que résider dans un bungalow déjà plein à craquer m'horripiler - pire encore, savoir que j'avais hérité ces visions de mon présumé parent divin sans connaître son identité me rendait furax, au point de rompre le contact avec mes parents en me persuadant qu'ils me cachaient son identité. En somme, j'étais la cible parfaite pour ceux qui soutenaient Gaïa - et c'est comme ça que je me suis retrouvé entraîné dans une révolution qui n'était pas la mienne, seulement elle me permettait de libérer ma colère et c'était tout ce qui comptait.

Donc j'ai rejoint les rangs de Gaïa, blablabla, j'ai côtoyé tout un tas de demi-dieux qui au final n'étaient pas bien différents de ceux de la Colonie, si ce n'est qu'ils tournaient le manque d'attention de leur parent divin en quelque chose d'autre: la vengeance. Je me sentais pas vraiment à ma place mais retourner à la Colonie ne me faisait pas envie, alors je suis resté. Gaïa, sentant bien que je n'étais pas aussi motivé que ses autres partisans, chercha à m'atteindre, à exacerber ma colère. Me remémorer les visions morbides que j'avais eues, celle de ma mère et sa miraculeuse guérison... Pour au final m'avouer que c'était grâce à moi car je l'avais empêché: c'était mon second pouvoir et pour le coup, je me réjouissais à l'idée d'être celui qui avait permis à ma mère de rester en vie. Mais elle laissa sous-entendre qu'il y avait un prix à payer, un prix que je payerai au final avec ma propre vie. L'effet escompté était probablement de me faire peur mais à vrai dire, je m'en fichais parce que la vie de ma mère comptait bien plus que tout.

La suite, beaucoup la connaissent. Il y eut cette bataille opposant les demi-dieux grecs et romains aux partisans de Gaïa, le tout se soldant par la victoire évidente de l'Olympe. Moi, je me suis battu comme je pouvais c'est-à-dire sans grande conviction, finissant blessé à la jambe pour au final tomber dans les vapes. Je me suis réveillé à l'infirmerie de la Colonie sans comprendre ce que j'y foutais - puis quand la personne qui s'occupait de moi s'est exclamé "hé, mais c'est pas un pensionnaire!" j'ai compris que je ne devais ma présence ici qu'au hasard. Une fois remis sur pattes, j'ai tout de suite cherché à recontacter mes parents pour m'excuser piteusement et leur annoncer que je restais à la Colonie car c'était plus sécurisé pour moi. J'me suis ensuite répandu en excuses auprès de Chiron et Monsieur D jusqu'à ce qu'ils acceptent de me laisser vivre à la Colonie. Mon daron a choisi ce moment pour me revendiquer: j'étais le fils de Thanatos, dieu de la Mort. Cool, non?

J'me suis donc installé au bungalow de Thanatos qui, bien évidemment, ne comporte aucun autre pensionnaire, à croire que le gardien des portes des enfers n'est pas très populaire chez les mortelles. Très vite, la nouvelle comme quoi j'étais un partisan de Gaïa s'est répandue sans que je puisse y changer quoique ce soit. J'étais trop occupé à me demander qui j'étais devenu: le gosse plein d'énergie et populaire? l'ado maladivement solitaire de peur d'avoir une vision? le type furieux qui se laisse aveugler par sa rancœur? Aucune idée, ce qui explique mes brusques sautes d'humeur et ma manie de m'emporter pour un oui ou pour un non jusqu'à finir à l'infirmerie, ce qui m'a valu une sacrée mauvaise réputation en plus de mes antécédents de partisans, super. Pourtant, à présent, tout ce dont je rêve c'est d'avoir ma propre place.


(c) khάη

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Vassili N. Alekseïev
...

avatar




DC : ♠ Carter Kane, le Pharaon le plus classe.
Avatar : ♠ Matthew Daddario.
Messages : 372
Powers : ♠️ Terrakinésie – Mimétisme Ténèbres – Régénération par les Ombres.
+ Faux en fer stygien – Arc, carquois avec des flèches, le tout en or impérial.
Drachmes : 506
Localisation : ♠ Au Camp Jupiter.





MessageSujet: Re: frôler la vie + kané   Lun 9 Jan - 6:19

Re-bienvenue parmi nous !
J'aime ton titre et ton début de fiche ! J'ai hâte de voir la suite alors allez hop, à la rédaction ! :waou:
Bonne chance !

_________________
Oh belle, on ira. On partira toi et moi. où ? je sais pas. Y a que les routes qui sont belles. Et peu importe où elles nous mènent. Oh belle, on ira, on suivra les étoiles et les chercheurs d'or... Si on en trouve, on cherchera encore.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Nathaniel Reeves
...

avatar

Fils de Juventas


DC : Agatha
Avatar : Bob Morley
Messages : 743
Age : 27 ans
Powers : J'ai un pouvoir médiateur, c'est à dire que je peux calmer les gens. On peut dire que c'est utilise, surtout dans ma cohorte où il éclate souvent des bagarres. Pour cela il me suffit de penser fortement aux personnes concernées, et la magie opère. Je peux également soigner les maux les moins graves. Ainsi il m'arrive d'aider à l'infirmerie lorsque j'en ai le temps. On vient donc souvent vers moi lorsqu'une querelle à lieu, que ce soit pour régler la situation, ou pour soigner les blessés.
Drachmes : 971





MessageSujet: Re: frôler la vie + kané   Lun 9 Jan - 7:19

:han: :kiss: :perv: :magie: :licorne: :monster: :danse:
JE VEUX VOIR LA SUITE même si ça promet déjà :hihi:

_________________
On ne peut jamais prévoir. Ni comment les choses vont se dérouler, ni pourquoi des trucs tout simples prennent soudain des proportions démentes —
NATH

Les superbes cadeau de ma Lyana  :kiss: :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Lyana Shacksfil
...

avatar




DC : Annabeth Chase & Elissia Elkiryam
Avatar : Marie Avgeropoulos
Messages : 604
Age : 24 ans
Drachmes : 665





MessageSujet: Re: frôler la vie + kané   Lun 9 Jan - 15:40

:mort:
Trop hâte d'en lire plus et rebienvenue parmi nous :han:

_________________
this is how you bring me back to life
I did my part I tried my best the things I'm fighting to protect always shatter into pieces in the end I'm broken and I'm barely breathing I'm falling 'cause my heart stopped beating If this is how it all goes down tonight, If this is how you bring me back to life


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Lahaar Thoernso
...

avatar




DC : Grimes et Kané
Avatar : Rachel Yampolsky
Messages : 242
Powers : les mains maudites, les mains de son père. il suffit d'un contact et elle te plonge dans le sommeil. + pas l'temps de rêver. quand il faut dormir, c'est les rêves des autres qu'elle voit, étrangère perdue dans des songes qui ne sont pas les siens.
Drachmes : 359





MessageSujet: Re: frôler la vie + kané   Lun 9 Jan - 21:47

Merci les affreux :pedro: Promis j'essaie de remplir cette fiche très rapidement, j'ai beaucoup trop d'idées pour ce petiot bien d4rk comme on aime :han:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
...



Invité







MessageSujet: Re: frôler la vie + kané   Dim 15 Jan - 11:09




Bienvenue !

Yeaaaaaaah :mouton:
Tu es désormais un véritable et fier membre de DIVINE CHAOS :fire: Maintenant que tu es validée, tu vas pouvoir te lancer dans le bain ! Tu vas pouvoir faire ta fiche de liens ainsi que ta fiche de rp. Tu peux également faire ta fiche d'aptitude ici. N'oublie pas de voter régulièrement sur les Top-Sites pour faire connaître le forum (en plus tu gagnes des drachmes :danse: ).

Je te kiffe trop trop trop toi :ui: Faudra qu'on se trouve un lien avec Skyou :hihi: Re-bienvenue :mouton:


Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
...











MessageSujet: Re: frôler la vie + kané   

Revenir en haut Aller en bas
 

frôler la vie + kané

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» MMD (ok .. c'est pas de la musique ... )
» Yohana Kanû | Born to be a ninja - Libre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DIVINE CHAOS :: vous vous et vous... :: Identité :: Welcome to our world-